Le médecin de recours

Il s’agit d’un médecin spécialisé dans l’évaluation du dommage corporel, qui s’est engagé à ne défendre que les victimes et à n’accepter aucune mission des compagnies d’assurances.

Ce médecin a suivi une formation spécifique de réparation du dommage corporel. Comme l’expert, il est à la fois médecin au sens classique du terme, et peut donc avoir une spécialité, ou être généraliste.

Mais de plus, il connaît les principaux textes de loi applicables à la réparation du dommage corporel (droit à indemnisation) et sait « quantifier » (mesurer) en termes médicaux les différents préjudices corporels selon des termes juridiques (barèmes par exemple pretium doloris, préjudice d’agrément, taux de déficit fonctionnel temporaire, puis permanent, détermination du nombre d’heures de tierce personne etc…) qui permettront ensuite à l’avocat de « chiffrer » (liquider) le préjudice (le calcul des indemnités).

L’assistance d’un médecin de recours, dont les honoraires seront avancés par la victime (ces honoraires  ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale, et seront ensuite remboursés au titre des frais divers par le responsable du dommage, ou l’organisme payeur), est indispensable :

- pour la préparation du ou des rendez-vous d’expertise  (avant et après consolidation des blessures ou de l’état de la victime)

- pour l’évaluation et le chiffrage du dommage corporel après expertise

Le médecin de recours est en effet « l’allié » de la victime, chargé par elle de la défendre avec l’avocat, face à l’expert, et d’optimiser ses chances d’indemnisation, poste par poste. Sans médecin de recours, l’avocat en effet sera démuni pour critiquer ou améliorer telle ou telle analyse du préjudice proposée par l’expert.

Ainsi, le médecin conseil aidera la victime et son avocat à constituer le dossier médical dont chaque pièce peut permettre d’obtenir une meilleure indemnisation, ou le cas échéant décider d’écarter toutes les pièces non pertinentes relatives à un état antérieur qui si elles sont produites sans explications, pourraient aboutir à une minimisation injuste du préjudice par l’expert.


Il s’assurera lors de l’expertise médicale que l’évaluation est bien impartiale  et qu’aucun des aspects de du préjudice n’est négligé ou minimisé.

Son rapport permettra le cas échéant de critiquer celui de l’expert s’il minimise tel ou tel aspect du préjudice, et d’obtenir une contre-expertise si nécessaire.

Comment choisir son médecin de recours : en fonction de la spécialité du médecin compte tenu de la  nature du préjudice subi, et le cas échéant, des conseils de l’avocat en dommages corporels qui connaît bien certains médecins conseils de recours et a l’habitude de travailler avec eux.

Il existe plusieurs associations de médecins conseils de recours, plus ou moins tournées vers certains types de dommages par exemple : pour les accidents de la circulation plus particulièrement: l’Association Nationale des Médecins Conseils de Recours, 23, boulevard Delessert, 75016 Paris  http://www.anmcr.asso.fr, pour tous types de dommages corporels et plus particulièrement les accidents médicaux et fautes médicales :  l’Association Nationale des Médecins   Conseils  de Victimes d’Accidents avec Dommages Corporels  http://www.anameva.com

A propos admin